C'était le 20 janvier 2009. A cette époque, les médias ne parlent pas des suicides à France Télécom, ni de la souffrance au travail chez l'opérateur. Elle existe bien, pourtant: en 2008, douze salariés et un sous-traitant se sont donné la mort, deux ont tenté de mettre fin à leurs jours. En ce début d'année, les médecins du travail du groupe remettent leurs rapports annuels. Ils font froid dans le dos, comme celui publié récemment par Mediapart dans lequel le docteur Catherine Korba de Nice – elle a depuis quitté l'entreprise – accuse les «réorganisations incessantes et les restructurations» de miner gravement le moral des troupes.