Le Portugal en pleine austérité Analyse

Portugal : le coût de l’irresponsabilité politique

Coup de chaleur politique à Lisbonne, où la prime de risque sur la dette s'envole et la bourse s'effondre après deux démissions de ministres mettant en péril la coalition gouvernementale. Gros problème pour l'UE, la BCE et le FMI si le “bon élève” de l'austérité devient rebelle.

Philippe Riès

4 juillet 2013 à 09h18

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

« Nous sommes entre les mains d’un groupe d’irresponsables. » Cette sortie du vétéran Diogo Freitas do Amaral, fondateur du parti démocrate-chrétien CDS-PP au centre de la crise politique en développement, résume bien le sentiment populaire portugais. Et celui des marchés. Le coût de cette irresponsabilité ? En 48 heures, plus de 200 points de base (2 %) sur la dette publique à dix ans, qui culminait en séance mercredi à 8,17 %, au plus haut depuis novembre 2008. Autrement dit, l’effacement en deux jours des huit mois de détente obtenus principalement par l’intervention de la Banque centrale européenne. Entraînée par les valeurs financières, la bourse de Lisbonne a chuté lourdement (–5,3 %). Les autres places européennes et l'euro ont accusé le coup. Berlin a répété sa « confiance » dans l’accomplissement des réformes par le Portugal et l’eurogroupe a rappelé le gouvernement à ses engagements.

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

International — Analyse
par Romaric Godin
France — Reportage
par Ellen Salvi
International — Enquête
par Ramdane Gidigoro, Tomas Statius et Giacomo Zandonini
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Médias
Couvrir l’extrême droite, affronter la violence politique
Travailler et enquêter sur l’extrême droite en France, c’est s’exposer à des menaces, du cyberharcèlement, des insultes et du dénigrement. Et dans un milieu très masculiniste, être une journaliste femme est un facteur aggravant. Dénoncer ce déferlement de haine par la voie de l’interpellation ou le canal judiciaire n’a rien d’évident.
par Mathilde Goanec et David Perrotin
Gauche(s) — Analyse
Programme présidentiel de Mélenchon : ce qui change, ce qui demeure
Réactualisé à l’aune du quinquennat écoulé, « L’Avenir en commun » est débarrassé des points qui avaient le plus fait polémique en 2017, comme l’hypothèse d’une sortie de l’Union européenne. Pour le reste, la continuité domine : VIe République, planification écologique et partage des richesses.
par Fabien Escalona et Pauline Graulle
Nucléaire — Enquête
Centrale nucléaire de Tricastin : des dissimulations en cascade
Dans l’affaire du lanceur d’alerte de la centrale du Tricastin qui porte plainte contre EDF, de nouveaux éléments consultés par Mediapart révèlent que l’Autorité de sûreté du nucléaire connaissait depuis longtemps le problème. Selon un document interne, EDF a menti et l’autorité de sûreté également dans sa communication publique.
par Jade Lindgaard
Dossier. L’affaire Kohler — Enquête
La note qui relance l’affaire Kohler
La Sfil, une discrète banque publique qui assure les financements des bateaux achetés en France par le groupe MSC, s’est réjouie en 2020 de bénéficier du « soutien » du secrétaire général de l’Élysée. Ce dernier a des liens familiaux avec les Aponte, les principaux actionnaires de MSC.
par Martine Orange

Nos émissions