Généralisation des complémentaires santé: l'option inégalitaire

Par

François Hollande veut généraliser la complémentaire santé d’ici 2017. D’apparence généreuse, cette décision prend acte d’une transformation profonde du système de santé : la montée en puissance de l’assurance privée au détriment du système solidaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’était le 20 octobre 2012. Au congrès de la Mutualité française, François Hollande a fait l’inventaire des dix années passées de politique de santé de droite : « Les franchises en 2004, leur extension aux médicaments en 2008, la création d’un ticket modérateur de 18 euros sur les actes lourds à l’hôpital, l’instauration de vignettes à 15 % en 2010 ; bref, le déremboursement comme mode de régulation. » Pour François Hollande, ces déremboursements sont de « l’impôt sur les plus pauvres, les plus fragiles, les plus malades ». Et le président tout neuf a annoncé son ambition : « Je propose donc de généraliser, à l’horizon 2017, une couverture complémentaire de qualité. » Aujourd'hui, 94 % des Français sont couverts : l’objectif est de protéger les 4 millions restants.