Grèce: la médecine européenne menace de tuer le malade

Par

L'accord trouvé par la classe politique grecque jeudi n’apporte aucun soulagement au pays. Les deux années de gestion de la crise de l’euro, dominées par Merkel et Sarkozy, s’achèvent sur une impasse économique, une crise sociale, et un effacement politique et démocratique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Echec le matin, succès à midi. Ce simple raccourci donne la mesure de l’enjeu qui entoure les négociations du plan de sauvetage de la Grèce. Pour dissiper toutes les doutes, c’est le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, qui a annoncé l’accord final des partis politiques grecs : « J’ai reçu un appel du premier ministre grec, il y a quelques minutes, m’informant qu’un accord avait été trouvé et approuvé par les principaux partis », a-t-il déclaré en préambule de la réunion mensuelle, juste avant l’ouverture de Wall Street.