La BCE dans le piège de la crise grecque

Par

Retour sur une petite rumeur estivale, alimentée par Yanis Varoufakis, à propos de l'« étranglement » de la Grèce par la BCE. Ce que disent les chiffres et l'analyse politique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Avec l’autorisation (certes un peu contrainte) du gouvernement de la « gauche radicale », la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international sont de retour pour une troisième « saison » à Athènes, d’où une gouvernance économique européenne à la hauteur des événements aurait pourtant dû les tenir écartés dès le début de cette interminable série grecque. Avec à la clef des engagements financiers exponentiels et un « risque de réputation » inédit dans le cas de l’institution francfortoise, le FMI étant, lui, habitué à servir de bouc émissaire.