La menace de la réquisition face aux mouvements sociaux

Par

Le gouvernement voudrait en finir avec les grèves à l'heure où l'Euro de football commence. Mais la tension sociale ne faiblit pas. La grève dure à la SNCF, dans le traitement des ordures et elle commence à Air France.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La stratégie du gouvernement consistant à faire de l’Euro de football l’arme qui éteindrait les colères et les tensions sociales à travers le pays, et qui ressouderait grâce à la passion du ballon rond une France au bord de l’implosion, ne fonctionne décidément pas. Les grèves se poursuivent dans plusieurs secteurs, comme les déchets ou à la SNCF. D’autres s’annoncent, comme la grève des pilotes à Air France ce samedi, au grand dam de l’exécutif qui martèle que le temps de la grève est révolu. « Il faut, selon une formule célèbre, savoir arrêter une grève », avait déclaré en début de semaine dans un entretien à la Voix du Nord François Hollande. Le chef de l’État empruntait la citation à Maurice Thorez mais il la tronquait de moitié et de l’essentiel puisque le 11 juin 1936, le secrétaire général du Parti communiste français déclarait : « Il faut savoir terminer une grève dès que satisfaction a été obtenue » (lire ici l’article d’Antoine Perraud).