BCE: l’éléphant du stimulus américain est dans la pièce

Par

À peine adopté, le plan de relance américain de 1 900 milliards de dollars commence à peser sur la politique monétaire européenne : les taux obligataires montent, l’inflation repart. Mais, faute de vaccins, l’économie européenne reste congelée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ils n’en ont pas tenu compte dans leurs décisions. La présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde, l’a assuré lors de sa conférence de presse le 11 mars. Mais ses assertions embarrassées tenaient des gesticulations d’un funambule sur un fil. Car impossible de le cacher : il y a un éléphant dans la pièce de la politique monétaire européenne. Et il pèse 1 900 milliards de dollars.