La primauté de l’actionnaire, rouage essentiel des inégalités

Par

À quoi sert l’entreprise ? Depuis Milton Friedman, cette question n’avait qu’une seule réponse : à faire du profit pour satisfaire l’actionnaire. Ce choix a privilégié à tout prix le capital au détriment du travail, de la société, de l’environnement, démontrent des économistes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour Wall Street, cela ressemble presque à une révolution copernicienne. Au cœur de l’été, le Business Roundtable, qui regroupe plus de 200 dirigeants des plus grands groupes américains, a publié ses nouveaux principes sur les finalités de l’entreprise. Depuis des décennies, la question ne se posait même plus : l’entreprise avait pour seul but de créer de la valeur pour l’actionnaire (shareholder value). Point. Et là, surprise : tout en reconnaissant toujours l’importance de l’actionnaire, donc du capital, les dirigeants du Business Roundtable, emmenés par Jamie Dimon, le P.-D.G. de JP Morgan Chase, affirment que l’entreprise doit aussi prendre en compte les autres parties prenantes de l’entreprise – les salariés, les sous-traitants, les clients, etc. –, qu’elle a aussi une responsabilité sociale, sociétale et environnementale.