mot de passe oublié
11 euros par mois

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre nouvelle application mobile disponible sur Android et iOS.

Je m'abonne
Mediapart mer. 4 mai 2016 4/5/2016 Dernière édition

La CGT part à l'assaut de ses «corporatismes» et de sa bureaucratie

12 février 2009 | Par Mathieu Magnaudeix
En pleine crise sociale, la CGT réfléchit à son organisation avant son congrès de décembre. La direction, emmenée par Bernard Thibault (photo), veut en faire le congrès de l'aggiornamento. En mai, elle portait un regard très sévère sur l'influence réelle du syndicat. Cette fois, elle s'est attachée aux structures, jugées bureaucratiques et à bien des égards nuisibles au militantisme. Objectif : adapter le syndicat au salariat d'aujourd'hui. Mediapart s'est procuré cette note qui plaide pour un grand ménage. Cliquez ici pour télécharger ce document de 20 pages.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans une note d'une vingtaine de pages que Mediapart s'est procurée, la direction de la CGT s'attaque aux structures et à l'organisation du syndicat, vénérable ancêtre du syndicalisme français créé en 1895. Objectif, dix mois avant le congrès de décembre 2009 qui confirmera Bernard Thibault à son poste de secrétaire général ou désignera son successeur : dépoussiérer les structures maison pour les adapter aux mutations du salariat, à l'importance des services dans l'économie, ou à la part toujours accrue de la sous-traitance. Avec comme objectif de «doubler ou tripler le nombre actuel d'adhérents», environ 640.000 militants à jour de cotisations.