Caisse des dépôts: selon que vous serez puissant ou misérable

Par

La Cour des comptes vient d’interpeller la Caisse des dépôts sur des avantages consentis aux salariés et aux membres du conseil de surveillance, qui poseraient un problème de légalité. Les indemnités dont profitent les premiers risquent d’être supprimées, mais pas les avantages des seconds.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mis à part dans un article publié dans le journal Le Monde, certains développements du référé portant sur « les dépenses de fonctionnement de l’établissement public Caisse des dépôts et consignations » que la Cour des comptes a révélé voici quelques jours sont passés inaperçus. Et c’est indéniablement regrettable. Car si les magistrats financiers pointent, comme à leur habitude, quelques dérives qui n’ont en vérité rien de très spectaculaire ni surtout de très original, ils ont aussi déclenché de bien étranges mais révélatrices réactions, autrement intéressantes : on a ainsi appris que certains avantages dont profitent les salariés « sans base légale » pourraient être supprimés ; mais on a aussi appris dans le même mouvement que d’autres avantages, également discutables mais profitant aux membres de la commission de surveillance, seraient… maintenus ! Selon que vous serez puissant ou misérable…