Merkel mal venue au Portugal, bon élève de l’austérité

Par

Venue à Lisbonne féliciter le gouvernement portugais pour « l'excellente » mise en œuvre du programme de redressement financier, Angela Merkel n'était pas vraiment la bienvenue. Mais la mobilisation protestataire attendue a fait un flop. À 48 heures d'une nouvelle grève générale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Si les jeunes diplômés portugais au chômage se pressent dans les écoles de langue afin d’apprendre l’allemand dans l'espoir de trouver du travail en Allemagne, c’est pour conspuer la chancelière fédérale que certains manifestants lisboètes ont appris ces derniers jours quelques mots de la langue de Goethe. C’est peu dire qu’Angela Merkel, que les Allemands appellent affectueusement « Muti » mais que nombre d’Européens du Sud regardent plutôt comme une marâtre responsable de leurs malheurs, n’était pas la bienvenue à Lisbonne où sa visite officielle de quelques heures lundi s’est déroulée sous haute surveillance policière, à l’écart du centre de la capitale.