Un été économique meurtrier (1/4) : le moteur chinois cale

Par

Les yeux rivés sur la crise grecque, l'Europe n’y a pas pris garde : des craquements multiples sont intervenus cet été dans le système économique et financier mondial. « Tout le monde attend la crise à venir », dit l’économiste Thomas Coutrot. Le ralentissement chinois inquiète particulièrement.  

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, avait la mine sombre pour sa conférence de rentrée, le 3 septembre. Quelque chose ne tournait pas rond. Il avait des manières si contraintes qu’un journaliste ne put s’empêcher de lui poser la question. Mais que s’était-il passé depuis juin pour s’inquiéter d’une volatilité qu’il avait pourtant prévue ? Qu’est-ce qui justifiait ce ton plus pessimiste qu’en début d’été ? l’interrogea-t-il. C’est vrai, concéda le président de la BCE, la situation était plus tendue, avant d’expliquer que l’environnement mondial s’était dégradé.