François Hollande tente de forcer le destin sur l'emploi

Par

La courbe du chômage ne s'inverse pas. François Hollande a donc annoncé une nouvelle batterie de mesures sur la formation des chômeurs, l'apprentissage et l'aide à l'embauche dans les PME. Des propositions qui ont bien des vertus, mais dont l'impact sur l'emploi sera très limité.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Si François Hollande, lors de ses vœux de janvier, a parlé d'un « état d’urgence social », il s'est bien gardé de renverser la table en matière économique. Le président a simplement évoqué une nouvelle série de mesures pour lutter contre le chômage. Un renforcement de l’apprentissage, de nouvelles aides aux entreprises, et surtout, ce chiffre substantiel de 500 000 formations supplémentaires pour les demandeurs d’emploi. L'effet collatéral de telles annonces n'a pas traîné. Outre le côté « déjà vu » de ces propositions, les esprits grincheux ont immédiatement crié au maquillage de la courbe du chômage, dont l’inversion conditionne officiellement la candidature du président en 2017. Plutôt que d’attendre le retour miraculeux de la croissance, le président se serait-il laissé tenter par un petit coup de pouce ?