Le directeur du «Monde» veut revenir aux joies simples de l'écriture

Par
Les têtes tombent au Monde. Le président du directoire et son second sont débarqués, le président du conseil de surveillance est remplacé, et l'entreprise sommée de passer d'un trou de 20 millions d'euros à l'équilibre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le Monde était un journal, il est devenu une entreprise. Un jour après l'autre, les salariés du groupe de presse s'aperçoivent que le pouvoir est désormais entre les mains des nouveaux propriétaires – Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse. Mercredi 15 décembre, en conseil de surveillance, ils ont débarqué le président du directoire, Eric Fottorino, comme ils en ont le droit, pour le remplacer par l'homme qui a monté le dossier de reprise, Louis Dreyfus.