Immobilier: ténébreuses manœuvres autour d'Icade

Par
Icade, l'ancienne grande filiale immobilière de la Caisse des dépôts, est emportée dans une cascade de dossiers ténébreux. Tirant un trait sur sa vocation première, le logement social, la société suscite de forts appétits. Toutes les manœuvres des investisseurs privés semblent tourner autour d'un seul et même objet: la prise de contrôle des immenses terrains de la Plaine Saint-Denis, au nord de Paris.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce devrait être un beau conseil d'administration. Mercredi 17 février, les administrateurs d'Icade se réuniront pour arrêter les comptes. Le temps est enfin venu de solder ceux de la vente du parc social. La cession des 26.000 logements sociaux situés en Ile-de-France est en passe d'être signée avec les offices HLM pour 1,93 milliard d'euros. Un acompte devrait être décidé avant la distribution finale. Le conseil pense reverser au total plus de 500 millions d'euros, soit la quasi-totalité de la plus-value, aux actionnaires, sous forme de dividendes exceptionnels comme les statuts de société d'investissement immobilier coté (SIIC) l'y autorisent.
L'avenir s'annonce prometteur. Désormais la voie est libre pour la direction d'Icade. Son PDG, Serge Grzybowki, ancien directeur général de Gecina – une foncière importante qui s'était illustrée notamment en introduisant en France la technique de la vente des immeubles à la découpe dans les années 2000 – ne cache pas sa volonté de renouer avec son passé. Il ambitionne de transformer Icade en pure société foncière, spécialisée dans l'immobilier tertiaire, bureaux et commerces. Des secteurs censés être les plus rentables.
Le projet semble d'autant plus à portée de main que ses prédécesseurs, sans doute avec la même idée en tête, ont posé tous les jalons pour faciliter cette transformation. Dans le partage des actifs immobiliers de la Caisse des dépôts, ils avaient récupéré, à côté des logements sociaux à loyer intermédiaire, de grandes emprises foncières. Parmi ces dernières, il y a celle des entrepôts et magasins généraux parisiens (EMGP) de la Plaine Saint-Denis, au nord de Paris.