Au procès Kerviel, la guerre de tranchées reprend

Par

Huit ans après la révélation de l’affaire, la cour d’appel de Versailles tente de déterminer les responsabilités entre l’ancien trader et la Société générale pour fixer le montant du préjudice. Enjeu caché: le crédit d’impôt de 2,2 milliards que la banque devrait rembourser, si sa responsabilité était reconnue.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Est-ce le temps passé ? Ou la multiplicité des révélations, de la déposition de la commandante de police Nathalie Le Roy aux enregistrements de la parquetière Chantal de Leiris, parlant l’une et l’autre d’une enquête manipulée, et des actions en justice aboutissant à une demande de Jérôme Kerviel devant la Cour de révision ? Il flottait comme une sorte d’épuisement à la reprise des audiences sur l’affaire Kerviel devant la cour d’appel de Versailles, mercredi 15 juin.