Les « oubliées » de Lejaby exigent réparation

Par

Nicolas Sarkozy avait fait du sauvetage de l’usine Lejaby d’Yssingeaux un argument de campagne. Mais le dossier n’est pas clos. 130 anciennes salariées vont attaquer leur ancien employeur aux prud’hommes. Elles accusent l’État de ne pas avoir tenu ses promesses. L'affaire est l'exemple même de la déroute du textile made in France.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Brigitte Figueroa a beaucoup rongé son frein pendant la campagne présidentielle. Y compris le soir du débat d'entre-deux tours : ce jour-là, une fois de plus, Nicolas Sarkozy s’est à nouveau vanté d’avoir réglé le cas Lejaby, la célèbre marque de sous-vêtements féminins. Devant sa télé, Brigitte, ancienne déléguée CGT d’un site Lejaby à Bellegarde (Ain), a senti la colère monter. « J'avais les cheveux dressés sur la tête quand Sarkozy a parlé de Lejaby sans même parler de nous ! »