A l’OMC, la France lance des peaux de bananes sur la voie d’un accord

Par
A Genève, la France ne se contente manifestement pas de présider, avec la neutralité requise, les conseils des ministres de l'UE en marge des négociations du cycle de Doha. Son comportement dans le conflit de la banane, qui oppose les pays producteurs africains et ceux d'Amérique latine, rappelle de précédentes tentatives de sabotage du cycle à chaque fois qu'un accord semblait à portée de main.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En poussant le groupe des pays africains à adopter une position dure sur le dossier toujours explosif de l'accès au marché européen de la banane, la France est-elle en train de manœuvrer dans la coulisse du cycle de Doha pour conduire à l'échec les discussions de la dernière chance en cours cette semaine à Genève au siège de l'Organisation mondiale du commerce?