EDF est soupçonné d’avoir exporté du matériel amianté à Madagascar

Par

Dans le cadre du démantèlement d’une centrale thermique à La Réunion, Électricité de France aurait vendu des turbines contenant de l’amiante à une entreprise malgache, ce qui est interdit par la loi.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Cela fait vingt ans cette année que la France a décidé d'interdire l’usage de l’amiante sur son territoire et l’exportation de matériaux amiantés. Un décret datant de 1996 et appliqué depuis juillet 1997 stipule ainsi que, « au titre de la protection des consommateurs, sont interdites la fabrication, l’importation, la mise sur le marché national, l’exportation, la détention en vue de la vente, l’offre et la cession à quelque titre que ce soit de toutes variétés de fibres d’amiante et de tout produit en contenant ». Mais cette décision n’est pas toujours correctement appliquée : plusieurs éléments laissent penser qu’Électricité de France (EDF) à La Réunion a vendu l’année dernière, en 2016, du matériel contenant de l’amiante à une entreprise malgache. Depuis plusieurs mois, un agent d’EDF et membre du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) d’EDF-Réunion, Christian Julien, tente, sans résultat jusqu’ici, d’alerter les pouvoirs publics à La Réunion et à Madagascar sur ce cas.