Fanny Pigeaud

Ses Derniers articles

  • Cameroun: Paul Biya, 36 ans de pouvoir et d’ambiguïtés avec la France

    Par
    Paul Biya en janvier 2013 à Paris © Reuters Paul Biya en janvier 2013 à Paris © Reuters

    Le sortant Paul Biya a toutes les chances de remporter la présidentielle du dimanche 7 octobre au Cameroun. Au cours de ses trente-six années de pouvoir, la France n’a cessé d’entretenir des liens équivoques avec cet autocrate. Les intérêts politiques et économiques des deux pays restent profondément entremêlés, près de soixante ans après l’indépendance.

  • La «Chine-Afrique» révèle l’échec des Occidentaux

    Par
    Lors du forum sur la coopération sino-africaine organisé à Beijing, le 4 septembre 2018. © Reuters Lors du forum sur la coopération sino-africaine organisé à Beijing, le 4 septembre 2018. © Reuters

    Un sommet a réuni cette semaine en Chine la quasi-totalité des pays africains. C’est la suite logique de l’engagement financier sans précédent du géant asiatique en Afrique. Non sans risques, cette coopération sino-africaine met en lumière le fiasco des politiques occidentales sur le continent.

  • Pour la filiale d’Orange au Cameroun, il n’y a pas de petites économies

    Par

    Un contentieux autour de la rémunération de leur ancienneté oppose depuis plusieurs mois les salariés de la filiale d’Orange au Cameroun à la direction. Il illustre la difficulté qu’ont souvent les employés des succursales de multinationales à faire respecter leurs droits.

  • Côte d’Ivoire: lâché de toutes parts, le président Ouattara consent à quelques concessions

    Par
    Condamnée en 2015 à 20 ans de prison, Simone Gbagbo a été libérée le 8 août. © Reuters Condamnée en 2015 à 20 ans de prison, Simone Gbagbo a été libérée le 8 août. © Reuters

    Le vent tourne en Côte d’Ivoire. Lundi 6 août, le président Alassane Ouattara a annoncé l’amnistie de huit cents personnes dont Simone Gbagbo, l’épouse de l’ancien président, libérée dès ce mercredi. Un scénario inimaginable il y a encore quelques mois.

  • La guerre au Cameroun est désormais liée à la présidentielle d’octobre

    Par
    Le président du Cameroun Paul Biya aux Nations unies à New York (États-Unis), le 23 septembre 2017. © Reuters Le président du Cameroun Paul Biya aux Nations unies à New York (États-Unis), le 23 septembre 2017. © Reuters

    Le président du Cameroun Paul Biya, au pouvoir depuis 36 ans, a annoncé qu’il était candidat à l’élection présidentielle prévue le 7 octobre. Cette dernière se prépare alors que l’armée est en guerre contre des groupes armés dans les deux régions anglophones du pays. Pour les sécessionnistes, empêcher l’organisation de l’élection dans des régions de l’ouest du pays affaiblirait la probable réélection de Biya.

  • L’Ivoirien Gbagbo demande un non-lieu dans son procès à la CPI

    Par
    Laurent Gbagbo, le 19 février 2013, devant la CPI à La Haye. © Michael Kooren/Reuters Laurent Gbagbo, le 19 février 2013, devant la CPI à La Haye. © Michael Kooren/Reuters

    La défense de l’ancien président de la Côte d’Ivoire Laurent Gbagbo a déposé, lundi 23 juillet, une demande de non-lieu dans son procès ouvert à la Cour pénale internationale en janvier 2016 et suspendu depuis janvier 2018. L’audition des témoins de la procureure, Fatou Bensouda, n'a pas permis d’étayer ses accusations dans ce dossier très politique.

  • Madagascar s’engage cahin-caha vers les élections générales

    Par
    Le nouveau premier ministre malgache, Christian Ntsay, s'exprime lors de la passation de pouvoirs à Antanananarivo, le 6 juin 2018. © Reuters Le nouveau premier ministre malgache, Christian Ntsay, s'exprime lors de la passation de pouvoirs à Antanananarivo, le 6 juin 2018. © Reuters

    Après plusieurs semaines de fortes tensions, Madagascar s’est doté d’un nouveau gouvernement chargé de conduire le pays jusqu’aux scrutins présidentiel et législatif, prévus à la fin de l’année. Mais le spectre d’une nouvelle crise politique n’est toujours pas écarté.

  • En Afrique, de plus en plus d’armées étrangères avancent leurs pions

    Par
    Lors d'un exercice militaire conduit par les États-Unis, le 18 avril 2018 au Niger. © Reuters Lors d'un exercice militaire conduit par les États-Unis, le 18 avril 2018 au Niger. © Reuters

    Les États du continent africain voient s’installer chez eux de plus en plus d’armées étrangères. Officiellement, elles sont là pour participer à la lutte contre le terrorisme. Mais elles cherchent aussi à protéger les intérêts géostratégiques et économiques de leur pays. Cette réalité n’échappe pas aux citoyens africains.

  • Le collectif «Faidherbe doit tomber» veut déboulonner un symbole du colonialisme

    Par
    capture-d-e-cran-2018-06-08-a-13-07-26

    Un collectif d’associations s’est saisi du cas de Louis Faidherbe, ancien gouverneur du Sénégal, pour demander la suppression des références positives à la colonisation, visibles dans l’espace public en France mais aussi à Dakar et à Saint-Louis. Au-delà des symboles, il s’agit d’amorcer une réflexion sur la manière dont les mentalités restent imprégnées des théories racistes et brutales du colonialisme.

  • Des soupçons de sacrifices humains ponctuent les campagnes électorales en Côte d’Ivoire

    Par

    Une vague de sacrifices humains, appelés aussi « crimes rituels » et ciblant principalement des enfants, a effrayé la Côte d’Ivoire ces derniers mois. Dépassant le cadre du simple fait divers, ce phénomène apparaît depuis quelques années pendant les campagnes électorales.