Les liquidations judiciaires vont être facilitées malgré la crise

Par

Alors que la France risque de connaître une vague historique de dépôts de bilan, le gouvernement choisit non pas de la contenir mais de la faciliter. « Les entreprises non viables n’ayant aucune perspective de survie devraient être liquidées le plus rapidement possible », édicte la directive européenne que le gouvernement va transposer avant le 22 mai par ordonnance.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un paradoxe inquiétant qui est largement passé inaperçu : alors que la France risque de connaître, dans les prochains mois, une vague historique de dépôts de bilan, du fait de la crise sanitaire, quand les aides financières aux entreprises s’interrompront progressivement, l’ambition d’Emmanuel Macron n’est pas de contenir le séisme social qui se profile mais de le faciliter. Le gouvernement s'apprête à transposer par ordonnance avant le 22 mai  la directive européenne sur la « restructuration et l’insolvabilité » des entreprises, en date du 20 juin 2019. La philosophie de ce texte est tout entière contenue par cette injonction : « Les entreprises non viables n’ayant aucune perspective de survie devraient être liquidées le plus rapidement possible. »