Le Crédit Agricole vend CLSA, joyau de la couronne

Par

Saigné par ses pertes en Grèce, le Crédit agricole a finalement vendu CLSA, le premier courtier en actions d'Asie, à la firme chinoise Citic Securities. Nouveau “crime” d'un “serial killer” et dernier épisode en date de la sombre histoire du déclin de la présence bancaire française dans le chaudron de la croissance économique mondiale. Analyse.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est l’histoire banale d’une famille ruinée par les extravagances d’un flambeur et qui doit en mettre les bijoux à l’encan pour éponger ses dettes de jeu. Ayant lourdement investi, avec une clairvoyance digne d’éloges, dans ce parangon de la vertu économique qu’est la Grèce (facture, à ce jour : quelque 7 milliards d’euros), les éminences du bocage qui dirigent le Crédit agricole viennent de céder à une institution chinoise le dernier fleuron de présence financière française en Asie, devenue le poumon de la croissance mondiale.