Thomas Philippon: «La concurrence est un bien commun»

Par

Dans son dernier ouvrage, Thomas Philippon décrit l’affaiblissement « dramatique » de la concurrence aux États-Unis, qui se paie par des coûts élevés pour le consommateur. Tandis que l’Europe se montre, dans l’organisation de ses marchés, plus efficace. Un plaidoyer pour la régulation.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Vendredi 20 décembre, l’Autorité de la concurrence française a annoncé avoir adressé à Google une amende de 150 millions d’euros, pour avoir « abusé de la position dominante qu’elle détient sur le marché de la publicité liée aux recherches », grâce à des règles « opaques et difficilement compréhensibles », appliquées de surcroît « de manière inéquitable et aléatoire », au détriment des annonceurs.