Géraldine Delacroix

Après avoir passé mes deux premières années dans la presse entre Le Monde et Les Echos, je suis entrée à Libération en 1992. Chef d'édition des rubriques Vous, France, Economie jusqu'en 1998... j'ai ensuite pris la responsabilité du service Infographie. En 2000, j'ai définitivement laissé tomber le papier pour Libération.fr. Une riche époque marquée par l'irruption de l'information en continu, du multimédia et de l'interactivité. J'ai quitté Libération en 2007 pour fonder avec Judith Rueff l'agence de web-documentaire Ligne 4. J'ai rejoint Mediapart à la fin de l'année 2009.

Consulter ici ma déclaration d'intérêts.

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Cet article n’a pas été écrit avec un smartphone

    Par
    Une jeune femme montre à son amie une conversation WhatsApp (Genève, 2015). © © Nicolas Nova / MetisPresses Une jeune femme montre à son amie une conversation WhatsApp (Genève, 2015). © © Nicolas Nova / MetisPresses

    Les téléphones mobiles d’aujourd’hui font converger une somme de fonctions jamais vue dans l’histoire des technologies, dont la lecture des nouvelles, et parfois même leur écriture. Mais pas la rédaction de cette chronique de l’ouvrage remarquable que Nicolas Nova leur consacre.

  • Convergences autour de la réduction du coût environnemental du numérique

    Par
    «La durée de vie d’un smartphone est aujourd’hui de 23 mois», selon le rapport sénatorial. © AFP «La durée de vie d’un smartphone est aujourd’hui de 23 mois», selon le rapport sénatorial. © AFP

    Après six mois de travaux, la mission sénatoriale sur l’empreinte environnementale du numérique a présenté ses calculs et ses idées. Nombre d’entre elles recoupent les propositions de la Convention citoyenne pour le climat.

  • StopCovid, la crise de confiance

    Par
    L'application a été téléchargée 1,9 million de fois. © AFP L'application a été téléchargée 1,9 million de fois. © AFP

    Est-ce le déclin de l’épidémie ou le manque de confiance dans l’exécutif ? Cédric O a confirmé ce mardi la faiblesse de l’usage de l’application, qui n’a permis de « prévenir » que 14 personnes d’un contact à risques. Alors qu’une nouvelle version doit réduire la quantité d’informations transmises, Mediapart revient sur les inquiétudes que StopCovid soulève pour la vie privée.

  • Loi Avia contre la haine en ligne: la gifle du Conseil constitutionnel 

    Par
    La députée Laetitia Avia (LREM), à l'Assemblée nationale, en juillet 2019. © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP La députée Laetitia Avia (LREM), à l'Assemblée nationale, en juillet 2019. © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

    Les deux principales dispositions du texte, soit le retrait en 24 heures des contenus haineux et celui, en une heure, des contenus à caractère terroriste ou pédo-pornographique, sont censurées. L’atteinte à la liberté d’expression n’est pas « proportionnée au but poursuivi ».

  • StopCovid, l’appli qui en savait trop

    Par
    Sur le site officiel de StopCovid. Sur le site officiel de StopCovid.

    Loin de se limiter au recensement des contacts « à moins d’un mètre pendant au moins quinze minutes », l’application mise en place par le gouvernement collecte, et transfère le cas échéant au serveur central, les identifiants de toutes les personnes qui se sont « croisées » via l’appli. De près ou de loin.

  • Le site Internet Archive mis en danger par des poids lourds de l’édition

    Par
    Numérisation en pdf. © Controlleddigitallending.org Numérisation en pdf. © Controlleddigitallending.org

    Sous la pression d’une plainte déposée devant un tribunal new-yorkais par quatre poids lourds de l’édition aux États-Unis, le site Internet Archive a décidé d’avancer de 15 jours la fermeture de sa bibliothèque d’urgence, créée en réponse à l’épidémie de coronavirus.

  • Mark Zuckerberg ou la loi du plus fort

    Par
    Le 17 octobre 2019, Mark Zuckerberg prononce un discours à l'université de Georgetown. © AFP Le 17 octobre 2019, Mark Zuckerberg prononce un discours à l'université de Georgetown. © AFP

    En protégeant la parole incendiaire du président américain Donald Trump, le patron du réseau social Facebook, pourtant désavoué publiquement par certains de ses employés, a choisi son camp. Et ce n’est pas celui de la liberté d’expression. 

  • Entre Trump et Twitter, la guerre est déclarée

    Par

    Minneapolis brûle, le Covid-19 tue, mais le président des États-Unis juge urgent de réglementer les réseaux sociaux, parce que Twitter a placé un avertissement sur deux de ses tweets, avant d’en masquer un troisième. 

  • Twitter et Facebook bloquent des comptes de militants LGBT

    Par

    À un mois de l’entrée en vigueur de la loi contre la haine en ligne, des activistes LGBT français s’inquiètent de la censure injustifiée dont ils et elles viennent de faire les frais sur les deux réseaux sociaux américains.

  • Dépistage du Covid-19: tester, mais qui?

    Par
    À Strasbourg, un centre de dépistage a été ouvert dans les locaux du Parlement européen, avec une capacité annoncée de 2 000 tests quotidiens. © AFP À Strasbourg, un centre de dépistage a été ouvert dans les locaux du Parlement européen, avec une capacité annoncée de 2 000 tests quotidiens. © AFP

    Moins de la moitié des 700 000 tests promis par le gouvernement pour le déconfinement sont effectués chaque semaine. Les autorités changent – encore – de stratégie.