PlaNet finance: enquête sur le système Attali

Par

Un poste de directeur de cabinet du vice-président, payé 400 euros par mois? A PlaNet Finance, l'ONG de Jacques Attali, c'est possible, puisque les directeurs de cabinet sont des stagiaires, renouvelés tous les six mois, comme l'a relevé Le Monde. Encore une fois, l'association de microfinance fait les frais de sa politique salariale douteuse. Au-delà de la communication agressive de son patron, quels sont les résultats sur le terrain de cette structure née il y a un peu plus de dix ans? Beaucoup des idées novatrices du début ont été perdues en cours de route. Et l'association, toujours déficitaire en 2007, reste très isolée dans le secteur. Nous republions une enquête au long cours, mise en ligne en février.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jacques Attali, 65 ans, a écrit 40 livres. Des récits des années Mitterrand, une biographie de Karl Marx, des contes pour enfants et des prophéties sur l'économie mondiale... Mais rien, absolument rien, sur ce qu'il considère comme le cœur de ses engagements professionnels depuis dix ans: l'accès des plus démunis à des services financiers dignes de ce nom. Réserve qui ne manque pas de surprendre de la part de cet économiste super-actif, pourtant très à l'aise lorsqu'il s'agit de revêtir les habits de l'intellectuel visionnaire. Formulons une hypothèse pour expliquer ce silence, en guise d'ouverture: il serait encore trop tôt pour tirer un bilan suffisamment solide de son association, PlaNet Finance, qui a fêté, en octobre 2008, ses dix ans.