Économie Parti pris

Règle d'or: le piège tendu à la gauche

En demandant aux parlementaires l'unité pour adopter une nouvelle règle constitutionnelle sur les déficits, Nicolas Sarkozy a tendu un piège redoutable à la gauche. Mais répondre en dénonçant sa calamiteuse gestion pendant quatre ans n'est pas suffisant. Il faut parler politique. Car les valeurs de la démocratie sont en jeu, désormais, face à la finance.

Martine Orange

27 juillet 2011 à 18h56

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

Une opération de com'. Une simple opération de com'. Au lendemain de l'envoi de la lettre de Nicolas Sarkozy aux députés les pressant d'adopter une nouvelle règle constitutionnelle sur les déficits budgétaires, les ténors du Parti socialiste n'ont pas manqué de dénoncer le subterfuge. «Après s'être glorifié de manière déplacée de l'accord a minima sur la Grèce, décidé sous la pression des marchés et qui ne règle rien durablement pour l'avenir de la zone euro, M. Sarkozy se lance, avec sa lettre aux parlementaires, dans une nouvelle opération de communication», a rétorqué dans la foulée Martine Aubry dans un communiqué. «En quatre ans, le déficit du budget de l'Etat a doublé et la dette publique a progressé de 33% pour atteindre 85% de la richesse nationale», a souligné de son côté François Hollande, relevant que Nicolas Sarkozy «demande à son successeur de faire ce que lui-même n'a pas réussi à faire». «Mieux vaut avoir un engagement qui soit un engagement crédible plutôt qu'un effet d'annonce», ont conclu l'un et l'autre des candidats à la primaire socialiste.
La manœuvre politique est évidente. En la matière, les chiffres suffisent à illustrer les “brillantes qualités” de gestionnaire du gouvernement Sarkozy, et son souci des deniers publics. De 2007 à 2011, la dette publique est passée de 1100 à 1600 milliards d'euros. Une dégradation qui, comme l'a rappelé la Cour des comptes, n'est pas liée uniquement à la crise financière de 2008. Un tiers seulement des déficits supplémentaires trouvent leur origine dans la crise. Tout le reste – les deux tiers – provient des multiples cadeaux fiscaux, allégements d'impôt, exonérations en tout genre que le gouvernement a consentis, sans toucher le moindre dividende en termes de croissance ou d'emploi en retour. Ce que n'a pas manqué de souligner Arnaud Montebourg, candidat à la primaire PS, dans un courrier en réponse à la lettre du Président: «Aucune décision de nature à combattre ce pouvoir (des marchés) n'a été prise ni proposée par vos soins pour contrôler ces excès qui coûtent tant aux peuples, aux contribuables des classes moyennes et populaires.»

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Politique — Reportage
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Social — Enquête
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Migrations — Reportage
En Pologne, les migrants toujours en quête de protection
Plusieurs centaines de migrants ont tenté d’entrer en Pologne la semaine dernière. Dans la forêt située côté polonais, activistes et médecins bénévoles croisent toujours des familles ou hommes seuls, traumatisés et transis de froid, qu’ils aident du mieux qu’ils peuvent. Des avocats se mobilisent pour faire respecter le droit d’asile.
par Nejma Brahim
Discriminations — Enquête
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
France — Enquête
Le « Monsieur sécurité » du groupe LVMH écope de neuf mises en examen
Atteinte à la vie privée, trafic d’influence, violation du secret professionnel... : l’actuel directeur de la protection des actifs et des personnes de la multinationale, Laurent Marcadier, est mis en cause par la justice dans l’affaire Squarcini. Il dément « catégoriquement » tous les faits.
par Fabrice Arfi
Dossier. L’affaire Tapie
Affaire Tapie : radiographie d’une escroquerie au cœur de l’État
Mediapart publie l’intégralité de l'arrêt de la cour d’appel de Paris qui décrypte la mécanique de l’escroquerie ayant permis à Bernard Tapie d’empocher frauduleusement 403 millions d’euros. Les magistrats résument le scandale d’une formule choc : « Les intérêts de M. Tapie étaient pris en considération au plus haut niveau de l’État. »
par Laurent Mauduit

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
Grand entretien
par Fabien Escalona et Romaric Godin
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik