Euro: la Bundesbank s'autorise des libertés qu'elle refuse aux autres

Par
Lors de la dernière émission obligataire ratée allemande, la Bundesbank a acheté les titres boudés par les financiers, jouant ainsi le rôle de prêteur en dernier ressort de l'Etat allemand. C'est précisément la mission que Berlin refuse pour la BCE.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est un petit détail qui est passé inaperçu lors de l'échec de la dernière émission obligataire allemande. Lorsque le Trésor allemand a lancé, mercredi dernier, une adjudication de 6 milliards d'euros au taux très bas de 1,98%, il n'a pu en placer que 3,6 milliards, soit à peine 60%. Jamais le gouvernement allemand n'avait essuyé un tel revers. Cela n'aura pourtant eu aucune conséquence sur les finances allemandes : les 2,4 milliards d'euros qui n'ont pas été placés sur les marchés ont été repris directement par la Bundesbank, en attendant de meilleures conditions de placement.