Dix ans après: pourquoi cette crise sans fin?

Par

Stagnation séculaire ou boulet créé par le cycle financier : comment expliquer que dix ans après le déclenchement de la grande crise financière, la convalescence soit à ce point interminable et la « normalisation », toujours aussi incertaine ? Analyse. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dix ans après l’éclatement, en août 2007, de ce qui allait devenir la grande crise financière (GCF), deux interprétations dominantes, pour simplifier, s’affrontent sur la durée inhabituelle d’une « convalescence » interminable : d’un côté la « stagnation séculaire », venue des cercles néo-keynésiens aux États-Unis, qui voient dans la crise le révélateur d’un déficit « structurel » de la demande globale qui lui préexistait et lui survivra longtemps ; de l’autre, la thèse du « boulet du cycle financier », cette énième crise financière étant le prix à payer d’une incapacité à domestiquer un système financier qui fait alterner les booms toujours plus excessifs et les krachs toujours plus sévères. De ces visions divergentes découlent des prescriptions politiques radicalement différentes.