Campagne 2012: Sarkozy placé sous le statut de « témoin assisté »

Mercredi 1er avril, Nicolas Sarkozy a été placé sous le statut de « témoin assisté » dans l'affaire dite des pénalités. Trois responsables de la campagne de 2012 ont par ailleurs été placés en garde à vue dans le cadre de l'affaire Bygmalion, qui porte sur un système de fausses factures.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Nicolas Sarkozy a été interrogé mercredi 1er avril au pôle financier du tribunal de grande instance de Paris et placé sous le statut de « témoin assisté », dans l'affaire dite des « pénalités », consécutives à l'explosion de ses dépenses de campagne dans la course à l'Elysée en 2012. Une information judiciaire avait été ouverte après que la formation politique avait pris en charge ses sanctions financières à sa place. L'ancien président de la République avait annoncé le 1er décembre qu'il avait finalement réglé les 363 615 euros dus.

Par ailleurs, trois responsables de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012 ont été placés en garde à vue dans le cadre de l'affaire Bygmalion sur un système présumé de fausses factures durant la présidentielle, mercredi 1er avril. Guillaume Lambert, directeur de la campagne et aujourd'hui préfet de Lozère, le député UMP Philippe Briand, qui en était trésorier, et l'avocat de l'UMP Philippe Blanchetier sont interrogés dans les locaux de l'Office central de lutte contre les infractions financières et fiscales, à Nanterre (Hauts-de-Seine).

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous