Creutzfeldt-Jakob : l’Inrae freine l’expertise judiciaire sur le décès d’une de ses laborantines

Par

Plusieurs enquêtes sont en cours concernant les circonstances de la contamination d’une laborantine de l’Inrae, décédée en juin 2019, du variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob. Néanmoins, à la lecture d'éléments portés à la connaissance de Mediapart, il apparaît que l'institut freine les investigations en tardant à livrer des documents aux experts. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae) peine à faire toute la transparence concernant les conditions d’expérimentation dans ses laboratoires de recherche sur les prions, agents infectieux à l’origine de la maladie de Creutzfeldt-Jakob et dont est décédée, en 2019, l’une de ses laborantines, Émilie Jaumain, contaminée lors d’une manipulation.