À 5 ans, la lutte des classes

Par

Dans un ouvrage collectif intitulé Enfances de classe, une équipe de sociologues dirigée par Bernard Lahire explore en profondeur comment ces inégalités s’infiltrent dans la vie d'enfants dès la maternelle.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les inégalités s'installent dès l'enfance. Dans l'ouvrage collectif Enfances de classe, 16 sociologues dirigés par Bernard Lahire explorent en profondeur comment ces inégalités s’infiltrent dans la vie d’enfants de 5 ans : l’espace plus ou moins grand dans lequel on vit, les lectures que l’on fait, les critiques qu’on se permet devant le poste de télé, ce qu’on mange, ce qu’on porte sur soi… Créant, selon Libération, « un choc sensible ». Pour sortir des statistiques, cette étude s'appuie sur des études de cas d’enfants, dont plusieurs sont reproduites dans le livre : « Libertad, la petite Rom dont les parents sont considérés comme de mauvais pauvres par l’école, Thibault, timide fils d’agriculteurs, Lucie qui aime tant les livres qu’elle en a rédigé un avec sa grande sœur de 7 ans, Valentine, au contact de la bourgeoisie parisienne sur les terrains de tennis du Racing Club de France comme sur les pistes à Méribel », liste Libération. Bernard Lahire parle de réalité augmentée pour les enfants les plus aisés, auxquels « les pouvoirs économique et culturel offrent une vie quasi infinie » et de réalité diminuée pour les autres.