Vincent Peillon ou l'histoire d'un formidable gâchis

Par

Vincent Peillon, en dépit des moyens mis à sa disposition, n'a pas su convaincre. L'ex-ministre peut pourtant se prévaloir d'avoir un vrai bilan et d'avoir été l'un des rares à tenir les engagements de campagne de Hollande.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il voulait « fatiguer le doute » et « donner du temps au temps », selon des formules que le ministre n’a cessé de répéter durant ses deux années passées rue de Grenelle à défendre sa « refondation de l’école ». Emporté par la débâcle électorale des municipales, Vincent Peillon qui comptait bien s’installer pour cinq ans à son poste, arguant que l’éducation avait besoin de continuité, n’aura finalement eu le temps ni de l’un, ni de l’autre.