Le futur Défenseur des droits est déjà décrié

Par

Nommé par le président de la République, le Défenseur des droits devra jouer le rôle de contre-pouvoir dans des domaines très variés, selon le projet de loi débattu ce 2 juin au Sénat... «Qui trop embrasse mal étreint»?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Qui trop embrasse mal étreint», dit l'adage. Le Défenseur des droits, dont la création est débattue ce 2 juin au Sénat, est déjà visé. Il se voit surchargé d'attributions. Soit celles de quatre autorités très spécialisées, selon le projet soutenu par le gouvernement: la Commission nationale de déontologie de la sécurité, le Défenseur des enfants, la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité, le Médiateur de la République.