Malgré le soutien de l'Elysée, le sénateur Robert Navarro ne siégera pas avec les socialistes

Par

Durant toute la journée de mercredi, les sénateurs PS au Sénat ont débattu de l'opportunité de conserver dans ses rangs le sénateur Robert Navarro, socialiste exclu et mis en examen pour abus de confiance après une plainte de la fédération PS de l'Hérault, mais réélu dimanche. Malgré le soutien de l'Elysée, celui-ci devrait finalement siéger parmi les non-inscrits.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Désapparentement délicat. Le retour au Sénat de Robert Navarro, l'ancien homme fort de la fédération du PS de l'Hérault, a occasionné bien des soucis au président du groupe socialiste, Didier Guillaume. Exclu du PS en 2010, lors des dernières élections régionales pour son soutien à Georges Frêche, Navarro est le seul dissident local à ne pas avoir depuis réintégré le parti, mis en examen pour abus de confiance dans l'affaire des frais de fonctionnement de la « fédé » (lire ici et ici), après une plainte du PS.