Damien Carême: le défi de l’accueil des réfugiés

Par

Damien Carême, maire EELV de Grande-Synthe, était l’invité de la journée « En direct de Mediapart » organisée à Grenoble. Pour lui, la population adhère à un accueil digne des migrants si le politique l’accompagne.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

[[lire_aussi]]Damien Carême, maire de Grande-Synthe (Nord) depuis 2001, a ouvert dans sa ville en 2016 un camp humanitaire pour l'accueil de 2 500 réfugiés. Une initiative à laquelle était associée Médecins sans frontières. Il était l’invité de la journée « Que faire à gauche ? » organisée à Grenoble le 2 décembre 2017 par La Revue du Crieur, les éditions La Découverte, Mediapart et la ville de Grenoble. Face à l'arrivée de migrants, explique-t-il, la réponse sécuritaire de l’Europe est absurde et coûteuse (13 milliards d’euros pour la protection des frontières auxquels s’ajoutent 10 milliards d'euros que payent les réfugiés aux passeurs). De plus, de nombreuses initiatives d’accueil se déroulent sans encombre.