Mode islamique: étrange croisade d’Elisabeth Badinter

Par

« Qui trop veut faire l’ange fait la bête », écrivait Blaise Pascal. À force de pousser les feux sur la question du voile, Élisabeth Badinter a peut-être franchi la ligne qui sépare la lucidité de la passion. Son appel à boycotter les enseignes qui se lancent dans la mode islamique témoigne de son courage, pas forcément de sa lucidité.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Elle a une parole forte, Élisabeth Badinter. Sa voix porte quand elle soutient, comme elle le fait dans le journal Le Monde, qu’« une partie de la gauche est imprégnée de l’idée que toutes les cultures et traditions se valent et que nous n’avons rien à leur imposer ». Elle peut citer sans honte les années 1980, quand Danièle Mitterrand hésitait, au nom de la tolérance, à condamner l’excision et la polygamie sur le sol français, alors qu’elle-même condamnait vivement ces pratiques, comme d’ailleurs la plupart des féministes de l’époque.