Hubert Huertas

J'ai commencé dans la presse locale, Le Provençal, tâté de l'hebdo à l'Express, suis rentré à Radio France en 1982, Red-Chef à Avignon puis Aix en Provence, Correspondant permanent d'Inter et Info à Marseille, puis Chef du Service politique de France Culture que j'ai quitté en janvier 2014. Longtemps

prof de Radio au CFPJ Montpellier et l'Ecole de Journalisme de Marseille. Je suis enfin l'auteur de deux essais politiques et de cinq romans.

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Elysée: je commémore donc je suis

    Par
    capture-d-ecran-2017-11-13-a-10-14-14

    Intense activité commémorative à l’Élysée. Un 11 Novembre européen vendredi et samedi, puis le souvenir des victimes du terrorisme, ce lundi 13 novembre. Dans ce domaine, Emmanuel Macron reste dans les pas de François Hollande. Plus le temps passe et plus les présidents parlent d’eux-mêmes en saluant l’Histoire.

  • Assemblée vertueuse ou République low-cost?

    Par
    Bruno Le Maire, ministre de l'économie, à l'Assemblée le 24 octobre 2017. © Reuters Bruno Le Maire, ministre de l'économie, à l'Assemblée le 24 octobre 2017. © Reuters

    L’Assemblée nationale va examiner mercredi 8 novembre un plan d’économies destiné à mettre fin à certains privilèges des députés. Un tour de vis approuvé par les électeurs, mais dont la vertu proclamée peut cacher une part d’ombre.

     

  • Banques: de l’ISF à l’impôt sur l’infortune

    Par

    Le gouvernement vient d’offrir un million et demi d’euros annuels à chacun des 100 Français les plus riches. Pendant ce temps, le magazine 60 millions de consommateurs, associé à l’Unaf (Union nationale des associations familiales), révèle que les banques ont prélevé en moyenne six milliards d’euros sur le dos des plus pauvres…

  • La gauche, le grand vertige et la «semaine perplexe»

    Par

    Alors que le mouvement social s’est essoufflé jeudi, que Hollande a donné des leçons depuis Séoul et que le PS lance ses « forums de la refondation », Mélenchon a évoqué « la semaine perplexe ». Il aurait pu parler de « semaine du grand vertige… ».

  • Sur TF1, Macron réclame de la patience

    Par

    Ce qu’on retiendra de l’entretien d’Emmanuel Macron, dimanche soir sur TF1, c’est qu’il a dialogué avec à des contradicteurs qui ne l’ont guère contredit. Pour le reste, le président a justifié son bilan et promis des résultats avant la fin 2019.

  • A LR, la grande hésitation entre Wauquiez et Wauquiez  

    Par
    Laurent Wauquiez © Reuters Laurent Wauquiez © Reuters

    À deux jours de la clôture du dépôt des candidatures pour la présidence du parti de droite Les Républicains, le scénario tourne autour d’un personnage unique, Laurent Wauquiez, très à droite, et de quelques figurants incertains, à peu près tous sur la même ligne.

  • L’impôt sur la fortune, casserole du président Macron

    Par

    Il pensait avoir franchi avec succès l’épreuve de la rentrée sociale, mais la patrouille le rattrape. Avec la réforme de l’impôt sur la fortune qui épargne les yachts, les jets ou les lingots, Emmanuel Macron est en passe de devenir, après Nicolas Sarkozy, le « président des riches ». 

  • Les sénatoriales donnent un coup d’arrêt à La République en marche

    Par
    Le Sénat, châtelain de la République. © Reuters Le Sénat, châtelain de la République. © Reuters

    La France s'éveille, en ce lundi, avec un pouvoir faible et une opposition sans force. Les sénatoriales ont remis Macron à sa place, mais la manifestation de samedi a réduit la déferlante France insoumise aux dimensions d'un gros meeting. Pourtant, le mouvement social contre les ordonnances est appelé à s’amplifier.  

  • Prestations sociales: bavures en chaîne dans la chasse aux fraudeurs

    Par

    Alors que le gouvernement prépare une loi sur « le droit à l’erreur pour les entreprises », le défenseur des droits Jacques Toubon réclame la même disposition pour les particuliers. Il l’écrit dans un rapport glaçant sur les abus de la lutte contre « la fraude aux prestations sociales », qui laisse entrevoir une chasse arbitraire à l’usager.

  • Rentrée: le déclin de la fiction présidentielle

    Par

    Une crise peut en cacher une autre. Le macronisme entame cette rentrée dans un état proche de l’urgence. Mais au-delà de la conjoncture d’automne, les déboires du président français s’inscrivent d’abord dans une succession d’échecs qui remontent, au minimum, à l’élection de Jacques Chirac.