Opposition-gouvernement: quand les mots n’ont plus de sens

Par

Un week-end en apesanteur. La gauche se félicite de manifestations qui ne furent pas les « grandes marées » annoncées, et le pouvoir soutient que sa politique en faveur des riches est destinée à « l’homme pauvre ». Quand la politique, chargée de gérer le réel, n’entretient plus que ses illusions, c’est que la crise est profonde.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le sophisme a-t-il remplacé le réel ? Nous sommes entrés dans une drôle de crise, comme il y eut une drôle de guerre. Les échecs sont des promesses de succès. Les certitudes se barricadent derrière leurs lignes Maginot. Tout va très bien Madame la Marquise, tout va très bien, tout va très bien…