Violences sexuelles: une prise en charge désastreuse

Lancée le 12 mars par le Groupe F, une enquête a recueilli en dix jours plus de 500 témoignages accablants sur la prise en charge des plaintes par les commissariats et les gendarmeries.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pourquoi moins de 10 % des victimes de violences sexuelles déposent-elles plainte ? En dix jours mi-mars 2018, le groupe F, un nouveau groupe féministe fondé par Caroline de Haas, et le tumblr Paye Ta Police ont recueilli 500 témoignages de femmes sur la façon dont elles sont reçues dans les commissariats et gendarmeries lorsqu'elles souhaitent déposer plainte pour viol, ou d'autres agressions sexuelles. Les récits sont effarants et montrent que, malgré le mouvement #MeToo, des refus de plainte ont encore lieu en 2018 dans certains services.