Les forces de l’ordre renoncent à la dangereuse grenade GLI F4

Juste avant qu’un manifestant ne perde une main suite à l’explosion d’une grenade GLI F4 sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, l’État avait décidé en catimini de ne plus utiliser cette grenade lacrymogène très controversée, révèle Libération.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Son nom est barbare, ses effets aussi. Le mardi 22 mai à la mi-journée, le jeune Maxime perd une main sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. Il a ramassé une grenade envoyée par les gendarmes mobiles avant qu’elle n’explose. C’était une GLI F4, ou grenade lacrymogène instantanée qui a la particularité de provoquer aussi une forte explosion et de projeter des éclats, avec un risque de mettre en danger les manifestants sur lesquels elle est lancée.