Comment l’Etat se privatise de l’intérieur à petits pas

Par

Une rafale de nominations récentes, concernant la Caisse des dépôts, l’École nationale d’administration ou encore la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique font la part belle au privé. Emmanuel Macron poursuit méthodiquement son œuvre de destruction de l’État au profit de la finance.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une rafale de nominations ont été rendues publiques ces derniers jours par le Journal officiel, qui n’ont guère fait de bruit. Concernant pêle-mêle la Caisse des dépôts et consignations (CDC), l’École nationale d’administration (ENA) ou encore la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), elles ont donné lieu, ici ou là, à quelques échos séparés, mais sans que quiconque voie de lien entre elles ni surtout n’y décèle le moindre danger.