La SNCF a voulu ficher les cheminots actifs sur les réseaux sociaux

Par

Le 17 avril, un message de la direction de la gare du Nord invitait ses cadres à « constituer une base de données » des agents les plus présents sur Facebook ou Twitter. Un tel fichier aurait été totalement illégal. La SNCF parle d'une « initiative locale maladroite », sans lien avec la grève en cours depuis le 3 avril.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En cette période tendue à la SNCF, la révélation est pour le moins embarrassante. Mardi 17 avril, deux semaines après le début de la grève en pointillé des cheminots, une cadre de la gare du Nord à Paris a envoyé un message aux « référents communication » de l’établissement. Il leur y est demandé de constituer une « liste des agents actifs sur les réseaux sociaux », afin de créer une base de données. Une demande tout simplement illégale. Sa mise au jour tombe mal pour l’entreprise alors que ce vendredi 4 mai, second jour de la septième séquence de mobilisation, a encore vu en grève environ 17 % des cheminots et 63 % des conducteurs.