Dissoudre des groupuscules politiques: une efficacité limitée

Par Nicolas Lebourg

Yvan Benedetti est jugé ce lundi pour « maintien de ligue dissoute », son mouvement l’Œuvre française (OF), figurant parmi ceux interdits à la suite de la mort de Clément Méric en 2013. La dissolution de groupuscules d'extrême droite ou d'extrême gauche anime le débat français depuis 1936, sans que soient interrogés ni son efficacité, ni le respect des libertés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce lundi 4 juin s’est ouvert le procès d’Yvan Benedetti pour maintien de ligue dissoute, son mouvement l’Œuvre française (OF) figurant parmi ceux interdits à la suite de la mort de Clément Méric le 5 juin 2013. Alors que nous fêtons l’anniversaire des interdictions du 12 juin 1968, qui frappèrent les mouvements d’extrême gauche, la passion française pour les dissolutions de groupuscules politiques ne se dément pas.