Faut-il bannir les sources anonymes du journalisme politique?

Par

Alors que se profile la campagne présidentielle, Alice Antheaume, journaliste et directrice adjointe de l'école de journalisme de Sciences Po, s'interroge sur la nécessité de bannir les sources anonymes des articles sur la politique. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans un article de Libération consacré à un meeting de soutien à François Hollande, Alice Antheaume, journaliste et directrice adjointe de l'école de journalisme de Sciences Po, a relevé pas moins d'onze citations anonymes. Une profusion d'identités secrètes qui la pousse à s'interroger. Les journalistes politiques doivent-ils s'astreindre à ne plus interviewer des conseillers proches et autres visiteurs du soir sous le sceau de la confidentialité et l'anonymat ? A l'approche de la campagne présidentielle, la question, récurrente dans les débats sur le journalisme, devrait de nouveau se poser. Elle n'est pas tranchée dans les rédactions. L'AFP précise par exemple que ses journalistes sont invités à user de ce procédé avec parcimonie car l'anonymat doit rester une exception. Tous les éléments du débat sont à lire ici