Convention sur le climat: des députés se disent méfiants sur l’issue

Par

Le premier ministre a lancé les travaux de la Convention citoyenne pour le climat qui doit aboutir à des propositions. Celles-ci pourraient faire l’objet de lois concrètes. Non consultés, et bien que favorables à l’expérimentation, certains parlementaires pointent le risque d’opposer démocratie participative et représentative.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le premier ministre a donné le coup d’envoi de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) le 4 octobre au Conseil économique, social et environnemental (Cese). « Il y a des rendez-vous dans l’histoire des démocraties qu’on est heureux de ne pas manquer. » Édouard Philippe a quelque peu forcé le trait de la solennité pour lancer les travaux des 150 citoyens tirés au sort qui se termineront fin janvier 2020.