Le Plan pour le numérique à l'école donne lieu à un mélange des genres

Par

Le plan de développement du numérique à l'école se heurte à d'étonnants conflits d'intérêts. La dirigeante d'une société spécialisée dans ce secteur en plein essor, et chargée depuis un an de définir la stratégie des pouvoirs publics en la matière, vient ainsi de remporter un appel à projet de près d'un million d'euros. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le numérique à l’école est une filière industrielle d’avenir. Il a, en tout cas, été consacré comme tel par Bercy parmi 34 filières qui doivent dessiner la « nouvelle France industrielle » aux côtés de la nano-électronique ou la chimie verte et les biocarburants. Répondant à un rapport du cabinet Mc Kinsey qui avait identifié ces secteurs comme susceptibles de « jouer la rupture pour une Renaissance de l’industrie française », feu le ministère du redressement productif avait lancé, à l’automne 2013, 34 chantiers pour déterminer dans chacun de ces secteurs les leviers d’actions des pouvoirs publics pour permettre son émergence/développement en France.