Livret A : le décret scélérat de Christine Lagarde

Par
Dans un projet de décret soumis à concertation, la ministre des finances, Christine Lagarde, renie l'engagement solennel qu'elle avait pris de réserver 70% de la collecte du Livret A au logement social et aux grandes infrastructures et fait un immense cadeau aux banques privées. Décryptage de gros mensonges et petites manœuvres contre l'intérêt général.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'avenir du Livret A, le placement favori des Français, n'est pas encore tranché mais il s'annonce sous de sombres auspices : pour organiser son avenir à compter de la fin 2011, le ministère des finances vient en effet d'élaborer un projet de décret qui fait la part belle au lobby des banques privées, emmené par François Pérol, et qui fait peu de cas du logement social ou du financement des grandes infrastructures. Jusque dans la majorité, pourtant, et dans certains cercles du pouvoir, des voix s'élèvent pour que l'intérêt général soit mieux défendu face aux appétits privés, qui veulent faire main basse sur l'épargne populaire.