Victoire du FN ? Ces électeurs qui tentent encore de ne pas y croire

Par

Enclavés au sud de l'Aisne et tiraillés entre trois régions, les habitants de Château-Thierry atermoient. Et si les attentats débouchaient sur un regain d'unanimisme solidaire ? Mais le FN, escomptant silencieusement sur les rancœurs individuelles et collectives, attend son heure...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial à Château-Thierry (Aisne).- Les Vaucrises : un quartier qui s'étage en pente montante vers le nord, relié à la gare de Château-Thierry par la ligne de bus numéro 2. Le manque d’argent, criant, pourrait paraître atténué par la campagne si proche – nourricière et apaisante pour qui méconnaîtrait ces réalités périurbaines décrites dans une langue technocratique sans fard, au gré des rapports officiels : zone périphérique, peu attractive et dévitalisée ; réalité sociale marquée par la précarisation (ressources faibles, familles monoparentales, chômage endémique)…