Dans les quartiers populaires, on vit moins longtemps, et en moins bonne santé

Par et Ilyes Ramdani

Les habitants des quartiers populaires vivent en moins bonne santé et moins longtemps. Une alimentation défaillante, des logements insalubres et des travaux pénibles s’y conjuguent avec un éloignement du soin et une discrimination médicale. Pour tenir, les solidarités et les projets alternatifs sont essentiels.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Inégalités sociales et discriminations « s’inscrivent dans le corps » des habitants des quartiers populaires. Benjamin Cohadon, coordinateur du Village 2 santé, centre communautaire de santé à Échirolles, près de Grenoble, et Ibtissam Belmadani, masseuse-kinésithérapeute libérale dans le Val-d’Oise, sont les deux invités de « Quartiers direct », émission réalisée en partenariat avec le Bondy Blog. Chacun fait le constat d’une santé dégradée, selon que l’on habite dans un quartier plus ou moins favorisé du territoire.