Chronique au scalpel du président des ultra-riches

Par

La sociologue Monique Pinçon-Charlot, auteure avec son époux Michel Pinçon de l’essai Le Président des ultra-riches (éditions Zones), revient sur la « guerre de classe » menée, selon elle, par Emmanuel Macron, au profit des classes possédantes et au détriment des classes laborieuses, et analyse l'explosion sociale aussi puissante et inédite que celle des gilets jaunes.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

© Mediapart

Il faut admettre que les sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot ont toujours manifesté une formidable ténacité. S’attelant voilà de longues années à tenir la chronique méticuleuse des riches en France, ils n’ont cessé de poursuivre leur tâche tout au long des dernières décennies. Depuis leur premier essai, Dans les beaux quartiers (Seuil), paru en 1989, ils ont avec vigilance suivi les riches sous tous les gouvernements, traquant leurs bonnes fortunes et leurs passe-droits.

mpc
On aurait pourtant tort de penser que leur dernier ouvrage, Le Président des ultra-riches – Chronique du mépris de classe dans la politique d’Emmanuel Macron (éditions Zones/La Découverte, 169 pages, 14 €), n’est que le prolongement actualisé d’une saga maintenant ancienne, prenant juste en compte les éléments nouveaux apportés par la présidence Macron. En réalité, le capitalisme s’est durci au fil des dernières années. Et l’avidité des riches s’est renforcée. « Les politiques libérales rendent les riches de plus en plus riches », relèvent les deux auteurs.

Et c’est en cela que le nouvel essai des Pinçon-Charlot, qui vient après Le Président des riches (La Découverte, 2010) écrit pendant le quinquennat de Nicolas Sarkozy, ou encore La Violence des riches (La Découverte, 2014), écrit sous celui de François Hollande, ne fait pas que rééditer l’exercice sous une nouvelle présidence. Car précisément, il y a quelque chose d’« ultra » dans ce nouveau quinquennat.

Il se situe dans le prolongement des présidences Sarkozy et Hollande. Mais Emmanuel Macron a radicalisé les évolutions antérieures, conduisant selon les auteurs une véritable « guerre de classe » au profit des classes possédantes et au détriment des classes laborieuses.

Des gilets jaunes, il est donc assez peu question dans le livre. Mais en le lisant, on se prend à penser que c’est de la genèse d’une formidable explosion sociale que les deux auteurs tiennent la chronique. C’est donc de ce cheminement, jusqu’à la rupture que constitue l’explosion sociale historique traversée aujourd’hui par le pays, que nous avons souhaité nous entretenir avec Monique Pinçon-Charlot dans la vidéo ci-dessus.

☞ Cette émission est également disponible en module audio (à retrouver ici).

☞ Toutes les vidéos de Mediapart.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale